IL Y A 100 ANS, LE PORTUGAL ENTRAIT DANS LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE AUX CÔTÉS DE LA FRANCE ET DES ALLIÉS

0

Il y a 100 ans, le Portugal entrait dans la première guerre mondiale aux côtés des alliés sur le front de Flandre.

Pourquoi l’entrée en guerre du Portugal ?

Pour le Portugal, outre l’alliance avec l’Angleterre, les raisons politiques de l’intervention dans la guerre étaient de deux ordres :
-La défense de l’Empire colonial menacé par les Allemands et par les éventuelles ambitions britanniques en Afrique (Ultimatum 1890).
-Consolider et légitimer la République, encore fragile dans le pays, très catholique et attaché à la monarchie.

Dès les premiers jours de la guerre 1914-1918, le Portugal, fidèle à son alliance avec l’Angleterre, avait pris position et offre son concours à l’Angleterre qui refuse. L’Angleterre sûre que la guerre n’allait durer que quelques mois, ne souhaitait pas l’intervention d’un partenaire qu’elle jugeait faible. Entre 1914-1915, le Portugal était dans une neutralité forcée à la demande de l’Angleterre.

(Le 5 octobre 1914, et à la demande de la France, le Portugal (pays dans la neutralité) avait déjà fait embarquer plus de 50 canons de 75 à destination de l’armée anglaise.

Pourquoi la France avait demandé officiellement de l’armement au Portugal ?

In Journal de João Chagas, diplomate portugais à Paris

La presse française en faisant référence au discours du Sénateur français (Hubert/Humbert), lors d’une session au Sénat du 14 juillet 1914, dit ceci :
L’armée française est en manque de tout qui est nécessaire pour une bonne préparation pour la guerre :
Les munitions sont insuffisantes ou pas adaptées, les fortifications sont en manque de moyens de communication, et nos soldats sont mal chaussés, etc…
Clémenceau (dit le tigre), a réagi avec ces propos :
Depuis 1871, c’est la première fois que j’assiste à une session aussi désastreuse, etc…)

En même temps, et dès 1915, le gouvernement portugais éprouve la nécessité de former un Corps Expéditionnaire pour l’envoyer en France. Au début de 1916, l’Angleterre, confrontée à des difficultés de fret, sollicite le Portugal pour la réquisition de dizaines de navires marchands allemands, réfugiés dans les ports du continent et outre-mer. Le 23 février 1916, le Portugal réquisitionne plus de soixante-dix navires allemands.

image

Le 9 mars 1916, l’Allemagne déclare la guerre au Portugal.

Dès le 18 janvier 1917, le général portugais, Tamagnini de Abreu est nommé command du CEP, avec plus de 55.000 hommes. Après l’embarquement du CEP à Lisbonne (26 janvier 1917), il arrive au port de Brest le 2 février. Le CEP une fois arrivé à Aire-sur-La-Lys, puis à Roquetoire (7 février), est rattaché au 11ème corps d’armée britannique du général Sir Henry Horne. Les hommes du CEP, vont poursuivre des entrainements plus spécifiques dans le contexte de la guerre. Le quartier général portugais est établi à Saint-Venant, au Manoir de la Peylouse. Le CEP a une zone de défense de 15 km dans les Flandres françaises, s’étirant de Laventie à Festubert, une plaine entre La Lys et le Canal de La Bassée.

La vie des soldats du CEP dans les tranchées : Entre février 1917 et avril 1918, la vie des forces du CEP va se dérouler dans ce secteur au rythme des bombardements et des assauts. Les forces du CEP ont souffert plus de 60 actions et plus de 20 bombardements des forces allemandes. Du côté portugais – toujours le nombre controversé – (plus de 100 morts ; près de 400 blessés ; plus de 160 prisonniers et plus de 700 victimes gazées). C’est dans ces conditions matérielles que le moral des troupes portugaises allait de mal en pire en raison des conditions de vie dans les tranchées et des bombardements répétés, et à cause du temps interminable passé dans les tranchées.

image

La note officielle n°328, avril 1918, annonce le retrait des tranchées de la 2e division portugaise et ordonne de marcher en réserve sur Saint-Venant mais, le 8 avril à 18h00, elle reçoit un nouvel ordre, annonçant qu’elle ne sera remplacée par une division britannique que la nuit du 9 au 10 avril 1918. Trop tard. Du 8 avril à vingt heures jusqu’à une heure du matin du 9 avril, les positions portugaises de la 2e division portugaise subordonnée au 11ème corps de l’armée britannique, sont le théâtre de bombardements allemands toutes les cinq minutes, espacés de 15 minutes.

Lors de la bataille de La Lys (Opération Georgette du 9 avril 1918), la 2ème division portugaise commandée par le général portugais, Gomes da Costa avec approximativement 20.000 hommes perd plus de 10.000 hommes ; tués, blessés, gazés ou prisonniers, en résistant à l’attaque de quatre divisions allemandes de 50.000 hommes, de la VIe armée allemande commandée par le général Von Quast.
Après la bataille de La Lys (9 avril 1918), et du point de vue militaire, à partir des forces portugaises restées valides du CEP disloquées, on forma trois bataillons d’infanterie qui, intégrés à l’armée britannique, allaient combattre sur le front jusqu’à la signature de l’armistice du 11 novembre 1918.

Si la République portugaise est affaiblie par ce conflit mondial, elle a réussi au moins sur trois points:
∗ Consolider et légitimer un pays républicain.
∗ Être présent aux négociations du traité de Versailles.
∗ Maintenir l’Empire colonial, avec la restitution au Portugal des territoires occupés par l’Allemagne depuis 1914.

Après la fin de la guerre, le Portugal doit affronter une crise financière, provoquée par les dépenses de la guerre, mais également par la baisse des devises des émigrants portugais du Brésil, et par la revalorisation de la £ Anglaise (5,29 escudos en 1914, elle passe à 7,93 escudos en 1917). La dette en 1914, de 88.000 contos (un conto = 1.000 escudos), passe à 150.000 en 1916 et monte à 311.116 en 1918.
La crise financière et l’instabilité politique dans le pays, vont provoquer une révolte militaire (28 mai 1926), sous le commandement du général Gomes da Costa, avec l’aide d’officiers passés par les Flandres de 14-18.
Cette révolte militaire va installer une dictature militaire par le général Gomes da Costa, devenu le Président du Ministère et Président de la République (19 juin-9 juillet 1926).

MANUEL DO NASCIMENTO

Commentaires

commentaires

error: Content is protected !!