LE CIMETIÈRE PORTUGAIS DE RICHEBOURG

2

Il y a 100 ans, le Portugal entrait en guerre contre l’Allemagne et envoyait en France près de 50.000 hommes pour combattre aux côtés des Alliés.
Le 11 novembre 1918 l’Allemagne accepte l’armistice proposé par les alliés. C’est la Fin de la guerre. Le Portugal dénombre 8 145 morts, 13 751 blessés et 12 318 prisonniers ou disparus.
À Richebourg, dans le département du Pas de Calais, une enceinte blanche à l’imposante porte surplombée d’un drapeau attire le regard. Face à une chapelle dédiée à Notre-Dame de Fatima, se dévoile derrière l’épaisse grille en fer forgé le cimetière militaire portugais. 1831 soldats reposent ici dans l’unique lieu de mémoire rappelant l’intervention de la nation portugaise dans la Grande Guerre.
Le cimetière de Richebourg rassembla, entre 1924 et 1938, les corps des soldats portugais provenant de divers cimetières en France : Le Touret, Ambleteuse, Brest, Tournai en Belgique et ceux des prisonniers de guerre morts en Allemagne.
Alors que près de 1 500 tombes sont déjà recensées à cet endroit, le consul portugais à Arras, M. Lantoine, fait aménager le site, à partir du 13 février 1935, en faisant ériger un mur pour le délimiter ainsi qu’une porte monumentale avec des matériaux importés du Portugal.

Commentaires

commentaires

error: Content is protected !!