LA PLAGE D’AMÁLIA

La Plage de Brejão, une petite ville située sur la cote Vicentine de l’Alentejo, est surnommée La Plage d’Amália. C’est ici en effet que se trouve la maison où la grande chanteuse de Fado Amália Rodrigues aimait se retirer pour se ressourcer ou tout simplement passer quelques jours de vacances. Rien que l’accès à la plage est une aventure en soi et mérite le détour. Il s’effectue par le côté gauche de la propriété. Après une dizaine de minutes de marche au milieu d’un paysage verdoyant et après avoir traversé un tunnel fait de végétation on arrive devant une petite plage entourée de grandes falaises d’une grande beauté naturelle. Un escalier, que la diva avait fait construire, permet d’accéder à la plage. La descente des 5 derniers mètres se fait en varappe, accroché à une corde, ce qui est plutôt amusant. Chose remarquable pour une plage, une cascade d’eau douce coule le long de la falaise de gauche. A marée basse, le sable mouillé est un miroir qui reflète le bleu du ciel. Perchée sur son nid, une cigogne est l’unique habitante permanente de ce lieu magique. On imagine autrefois Amália se promenant tranquillement le long de cette plage déserte de sable doré, à la recherche d’inspiration et de calme.

Amália aimait aller à Brejão, la petite ville du coin. Depuis août 2018, les habitants et les passants peuvent admirer la chanteuse sur les murs de la ville. L’artiste Ivo Santos, alias Smile, a réalisé quatre grandes fresques murales qui montrent Amália à quatre moments de sa vie. Une œuvre colorée qui rend hommage à cette grande dame du fado, et ambassadrice de la musique portugaise qui a chanté dans les plus grandes scènes mondiales.

Cavaleiro Monge, poème de Fernando Pessoa, chanté par Mariza

Le poème “Do vale à montanha”, de Fernando Pessoa, extrait de son oeuvre “Mensagem” (message), a été repris par la chanteuse de Fado Mariza sous le nom de “Cavaleiro Monge” dans son deuxième album, Fado Curvo. Une musique empreinte d’émotion jouée magnifiquement par Mário Pacheco et une interprétation sublime de Mariza. Pour la petite histoire, ce titre a été proposé à l’artiste par Mário Pacheco, qui cherchait depuis longtemps quelqu’un pour chanter ce poème de Pessoa, le poète préféré de Mariza. C’est que ce fado avait été enregistré par Amália Rodrigues et devait faire partie de l’un de ses disques mais la grande fadiste portugaise nous a quittés avant (en 1999). Mário Pacheco a donc donné une cassette à Mariza avec cet enregistrement. Arrivée dans sa voiture, elle a mis la musique et elle a commencé à écouter Amália chanter Cavaleiro Monge. Elle en a eu la chair de poule, à tel point que Mariza n’a pas pu écouter le morceau jusqu’à la fin.

Do vale à montanha
Da montanha ao monte
Cavalo de sombra
Cavaleiro monge
Por casas, por prados
Por quinta e por fonte
Caminhais aliados
Do vale à montanha
Da montanha ao monte
Cavalo de sombra
Cavaleiro monge
Por penhascos pretos
Atrás e defronte
Caminhais secretos
Do vale à montanha
Da montanha ao monte
Cavalo de sombra
Cavaleiro monge
Por prados desertos
Sem ter horizontes
Caminhais libertos
Do vale à montanha
Da montanha ao monte
Cavalo de sombra
Cavaleiro monge
Por ínvios caminhos
Por rios sem ponte
Caminhais sozinhos
Do vale à montanha
Da montanha ao monte
Cavalo de sombra
Cavaleiro monge
Por quanto é sem fim
Sem ninguém que o conte
Caminhais em mim.