« Plus de vingt ans que je n’étais pas revenu. Mes premiers pas d’adultes dans ce pays. Toutes ces bribes de souvenirs épars recouverts par les mauvaises herbes du temps. C’était là, à l’intérieur de moi. Et je l’avais oublié. » Dans Portugal, son dernier album, Cyril Pedrosa nous livre son intimité familiale, ses pensées et ses faiblesses d’auteur de BD. Ses souvenirs de vacances d’été au Portugal durant son enfance refont surface. L’histoire de sa famille devient un prétexte pour recouvrer l’inspiration perdue depuis quelque temps. «La naissance de mon enfant me fait me poser des questions sur mes origines. C’est à ce moment-là que je décide d’écrire Portugal…»
Le lecteur est pris dans une certaine frustration entre le dualisme fiction et réalité. Cyril Pedrosa, soulage ce malaise en précisant que «tous les personnages n’existent pas vraiment, ils sont nourris par mes proches». Une façon de desabafar-se, comme ils disent en portugais, c’est-à-dire «de se livrer». «C’était une façon de parler à mon père. De lui confier une certaine tristesse non consolée aux sujets de ce tabou familial qu’est l’immigration de mon grand-père», confirme le déraciné.
httpv://www.youtube.com/watch?v=6VotWv_7xp4
Vidéo YouTube de présentation