BORDALO II inaugure sa première grande exposition au Portugal

Lisbonne, quartier du Beato, du 4 au 26 novembre

2

L’artiste de Street Art Bordalo II inaugurera sa première grande exposition solo au Portugal, samedi 4 novembre, où il présentera une rétrospective du travail développé jusqu’à présent.

L’exposition avec entrée gratuite et intitulée Attero, dont le titre fait référence au terme latin « perdre, gâcher», rassemble des créations produites à partir de déchets de différentes tailles de la série « Big Trash Animals ». Le but est d’amener les visiteurs à réfléchir sur leur rôle au sein d’une société de consommation qui traite «de manière abusive les ressources que la nature donne». Pour compléter l’exposition, Bordallo II a également organisé d’autres événements qui comprendront la production d’oeuvres dans diverses parties de la ville, dont certains seront visibles dans son atelier, une visite guidée de l’exposition par l’artiste lui-même, accompagné du conservateur Lara Seixo Rodrigues, la projection du documentaire Bordalo II – A Life of Waste, en présence des réalisateurs Trevor Whelan et Rua Meegan, et des ateliers et des conférences destinées notamment aux élèves des écoles afin de les sensibiliser aux risques environnementaux des grands déchets.

L’exposition, qui se déroulera jusqu’au 26 Novembre dans un entrepôt du quartier du Beato à Lisbonne, est délibérément située en dehors du circuit habituel des galeries et des musées, afin d’encourager la décentralisation de l’activité artistique dans la capitale portugaise.

Né à Lisbonne, l’artiste a fait ses études à la Faculté des beaux-arts de Lisbonne et a choisi le nom Bordallo II pour rendre hommage à son grand-père, le peintre Bordalo. C’est à l’Université que l’artiste a découvert la sculpture et a commencé à expérimenter divers matériaux et à utiliser les déchets comme matière première de son art.

Je suis né à Lisbonne en 1987. J’appartiens à une génération extrêmement consumériste, matérialiste et avide. Avec la production de choses au plus haut niveau, la production de «déchets» et d’objets inutilisés est également à son plus haut niveau. « Déchets » est cité en raison de sa définition abstraite: « les déchets d’un homme sont les trésors d’un autre homme ». Je crée, recrée, assemble et développe des idées avec du matériel en fin de vie et essaye de le relier à la durabilité, la conscience écologique et sociale.

www.bordaloii.com
www.facebook.com/BORDALOII/

Commentaires

commentaires

error: Content is protected !!