PIERRE ET INÉS, UNE HISTOIRE D’AMOUR INSCRITE DANS LA PIERRE

Les magnifiques tombeaux du Monastère d'Alcobaça

1

Les magnifiques tombeaux de Pierre 1er (Dom Pedro) du Portugal et d’Inés de Castro (Inês, en portugais), qui se trouvent à l’intérieur du Monastère d’Alcobaça, sont parmi les monuments les plus emblématiques et les plus romantiques du Portugal. Ils racontent une histoire d’amour tragique qui est inscrite à jamais dans la pierre.
Très jeune Pierre avait dû épouser Constance, l’infante de Castille, mais il tombât éperdument amoureux de sa dame de compagnie, Inés de Castro. Constance mourut peu après le mariage, ce qui permit à Pierre de s’évader avec sa maîtresse dans la ville de Coimbra. Dès lors, à un problème banal d’adultère s’ajoutait celui, beaucoup plus grave, de la succession dynastique. Pour préserver les droits de l’héritier légitime, Alphonse IV se résolut à faire assassiner Inés le 7 janvier 1355. Apprenant la nouvelle, Pierre entra en dissidence. Lorsqu’il devint roi du Portugal en 1357 sous le nom de Pierre 1er, il se vengea des assassins en leur faisant arracher le cœur en sa présence. Puis, il déclara qu’il avait épousé Inés lors d’une cérémonie secrète précédant son assassinat à Bragança et exhuma le corps de sa maîtresse afin qu’elle fut reconnue comme reine. Il présenta le corps embaumé d’Inés avec une couronne sur la tête et demanda que tous les courtisans s’agenouillent individuellement et baisent la main de sa reine.

De nouvelles funérailles sont organisées, cette fois dans le monastère d’Alcobaça : Pierre y fait construire deux splendides tombeaux, en pierre calcaire de Coimbra, pour lui et Inés de Castro, puis il fait transférer son corps en 1361. Il viendra la rejoindre à sa mort en 1367. Ces deux chefs-d’œuvres de l’Art gothique, dont on ne connaît pas les auteurs (peut-être issus de l’école francaise), racontent leur histoire d’amour. Le gisant d’Inés, couronné comme celui d’une reine, fournit la base historique de la légende du couronnement posthume. Les deux tombeaux étaient à l’origine placés côte à côte, les pieds tournés vers le levant. Autour de 1780, les tombeaux furent déplacés vers le tout nouveau panthéon royal, et placés l’un en face de l’autre. En 1956, ils furent placés dans leur position actuelle, Pierre dans le transept sud et Inês dans le transept nord, l’un face à l’autre. C’est au XVIIIe siècle, lorsque les tombeaux furent placés face à face qu’est apparue la légende selon laquelle ils étaient dans cette position afin de « pouvoir se regarder dans les yeux quand ils se réveilleront le jour du jugement dernier ».

Les amours tragiques de Pierre et Inés, archétype de l’innocence sacrifiée à la politique, ont inspiré d’innombrables récits populaires ainsi que la littérature, dont Les Lusíades de Luís de Camões (strophes 118 à 135 du Chant III), et la pièce de théâtre « La Reine morte », de Henri de Montherlant.

Commentaires

commentaires

LSMAo_eC-T4
error: Content is protected !!