Histoire

AVRIL

AVRIL

Les œillets rouges ont poussé sur les pavés
Arrosés par une soif inaltérable de liberté
Une révolution a germé dans les esprits
Sans que coule une goute de sang dans le pays

Il a suffit d’une chanson comme signal
Pour que toutes les rues du Portugal
Se remplissent de tout un peuple réuni
Autour des promesses d’une nouvelle vie

Et mon vieux père exilé loin de sa terre patrie
N’a pas pu voir passer cette onde d’amis
Et marcher tranquillement le long de l’avenue
Léger comme l’air, libre de penser, sans retenue

Luis Coixao

Commentaires

commentaires

Haut
error: Content is protected !!