Photographie

PEDRO SARMENTO – PORTO SENTIDO

Le photographe PEDRO SARMENTO est né à Seia, a fait ses études à Coimbra et vit à Maia (Porto) depuis 1988. C’est un passionné de la photographie, mais pas seulement puisqu’il peint, il écrit et tout ce qui se passe dans une cuisine ne lui est pas inconnu. Il est entré dans le monde de la photo depuis l’acquisition de son premier Pentax en 2009. Et c’est avec les amis photographes qu’il s’est fait, et avec qui il arpente souvent les rues de la ville à la recherche de l’image inédite, qu’il a apprit les techniques de la photo et qu’il se considère maintenant comme un amateur qui a prit quelques bonnes photos.
Il a exposé son œuvre, individuellement et collectivement, dans quelques grandes villes portugaises, Lisbonne, Porto, Coimbra, Ovar, Mogadouro et Maia, sa ville d’accueil.
En 2012, il a écrit un livre de poésies illustré par des photos consacré à la passion de sa vie, sa femme. En cette même année, il a rassemblé ses plus belles photos sur Porto dans un livre, PORTO SENTIDO, et il a créé un site dans lequel il présente ses clichés et ceux d’amis tout aussi passionnés que lui par la Cidade Invicta, la ville invaincue.

« Porto Sentido, ce sont des rues aux pierres sales et usées par la vie et par le temps, c’est le puissant granit qui supporte la cité depuis les entrailles du Nord jusqu’au Rio Douro, où le vin de porto arrivait dans des tonneaux transportés par d’élégants petits bateaux, os barcos Rabelos.
Porto, ce sont des ruelles et des escaliers, l’agitation d’un peuple bon et travailleur, le linge qui sèche sur les petits balcons à la française, les couleurs vives des azulejos des maisons, l’odeur de sardine à S. João.
Porto, c’est aussi, entre S. Bento et Trindade, les cireurs de chaussures qui font partie du décor; à Marquês, les joueurs de cartes, et des discussions animées les après-midi ensoleillés; à Boavista, les Héros qui gardent la Maison de la Musique, a casa da Música; au Castelo do Queijo, l’océan immense qui sépare la ville d’un autre continent; avec, tout au fond, le Phare, O Farol de Felgueiras, gardien de l’estuaire du Douro, ce fleuve mythique qui baigne doucement la Ribeira, les Ponts et les gens, et le vieux quartier qui s’étend jusqu’à la mer. »

http://foto.porto.pedrosarmento.com

6727674_orig

2627446_orig

1555670_orig

5532164_orig

4870310_orig

3747768_orig

6712342_orig

4972547_orig

208793_orig

Commentaires

commentaires

Top Articles

Haut
error: Content is protected !!