ÉQUIPE DE FOOTBALL DU PORTUGAL : le début de la reconstruction

0

Stade de France – photo de Patrick KZero

Le France – Portugal de samedi soir était un bon match. Cela faisait longtemps que la Seleção n’avait pas aussi bien joué, repoussant un peu au fond de notre mémoire la prestation désastreuse qu’elle a fourni lors de la coupe du monde au Brésil et faisant presque oublier l’entame ratée (défaite 0-1 à domicile contre l’Albanie) des qualifications pour l’Euro 2016.
Le Stade de France était plein à craquer et les milliers de drapeaux bleu-blanc-rouge offerts gratuitement au public tricolore suffisaient à peine à masquer les dizaines de milliers de supporters vêtus du maillot écarlate de l’équipe das quinas. Nous étions bien présents, comme en témoigne la ferveur de l’hymne national chanté par le public avec autant de force et de conviction que lorsque le Portugal joue à domicile. Et dans un sens, on peut dire que les Portugais jouaient devant leur public, tant les Portugais de France étaient nombreux à s’être donné rendez-vous dans l’antre du football français.
Sur le terrain, le début du match (qui a dit que c’était un match amical ?) à été marqué par une trop grande fébrilité défensive et un manque de réglages au milieu du terrain chez les Lusitaniens, qui s’est traduite presque automatiquement par un but encaissé dès la troisième minute de jeu. Un score après lequel les Portugais ont d’ailleurs couru pendant presque tout le match, la mayonnaise entre nouveaux joueurs et revenants n’ayant pas vraiment pris. Au final, l’échec logique du Portugal face à la France (2-1), montre que la reconstruction de l’équipe initiée par l’ingénieur Fernando Santos n’est qu’à ses débuts. Les fondations de la maison mère sont bonnes, mais elles doivent être consolidées par une plus forte cohésion de toute l’équipe, la présence du meilleur joueur du monde n’étant pas une garantie suffisante pour gagner des matchs contre une équipe aussi bien huilée, jeune et talentueuse comme celle de la France.
La presse sportive portugaise a dressé un bilan mitigé de cette première rencontre sous l’ère du nouveau sélectionneur. « Espoir dans l’avenir » et « Une lumière s’allume » titraient les quotidiens A Bola et Record, relevant des « indicateurs positifs » en vue du déplacement au Danemark mardi, où le Portugal tentera enfin de sortir la tête de l’eau.

Commentaires

commentaires

error: Content is protected !!