imageDepuis sa fondation, Lisbonne n’a cessé d’être une ville ouverte sur le monde et tournée vers l’universalité. Point de rencontre entre le nord et le sud de l’Europe, elle a d’abord accueilli successivement divers peuples méditerranéens, avant de se tourner vers l’Atlantique au temps des Grandes Découvertes et de devenir la capitale d’un empire maritime. Depuis la fin de la colonisation en 1974, elle demeure l’une des métropoles les plus métissées du continent. Cet ouvrage explore l’âme restée mystérieuse d’une cité dont l’identité particulière a su se nourrir de cultures multiples sans rien perdre de son authenticité. Il relate les principaux événements qui ont marqué son histoire politique, sociale, religieuse et urbanistique, et propose une anthologie de textes de voyageurs étrangers, du XVe siècle à aujourd’hui, qui témoigne de la fascination que Lisbonne a toujours exercée sur ses visiteurs. Il offre aussi un large choix d’écrits de poètes et de prosateurs portugais, la plupart inédits en français, tous imprégnés de ce mélange de langueur et de vitalité, de permanence et de modernité qui a inspiré la poésie de Pessoa. Un Dictionnaire fournit enfin tous les mots-clés permettant de pénétrer au coeur d’un labyrinthe lisboète qui n’a pas fini de nous séduire et de nous intriguer. « Comment t’orienter dans Lisbonne ? Si tu es perdu, que dois-tu faire ? Une solution rapide : tu dois t’orienter par la beauté humaine qui existe, qui est variée et passe constamment d’un côté à l’autre », écrit Gonçalo M Tavares dans sa préface, qui illustre magnifiquement tout ce que cette ville suscite, aujourd’hui comme hier, de trouble et d’interrogations.

Biographie de l’auteur
Luisa Braz de Oliveira, née à Lisbonne, formée en philologie germanique à l’université de Lisbonne, s’installe à Paris en 1979, où elle intègre le Centre culturel portugais de l’antenne parisienne de la Fondation Gulbenkian. En 1983, le nouveau directeur du Centre, M José Augusto França, lui confie la responsabilité des activités éditoriales et musicales, qu’elle assumera jusqu’à son départ pour le siège de la Fondation à Lisbonne en 2007. Pendant cette période, elle assure la publication de 300 titres, ayant trait à toutes les facettes de la culture portugaise et aux relations entre la France et le Portugal. En 1996, elle lance la collection « Présences portugaises », qui propose des monographies de grandes figures portugaises qui ont vécu en France. Elle s’est appuyée pour cet ouvrage, réalisé grâce au soutien financier de la Fondation Gulbenkian, de la mairie de Lisbonne et du CNL, sur une équipe d’historiens, de poètes, de philosophes, de chercheurs et d’architectes. Elle a choisi comme préfacier l’un des auteurs les plus prometteurs de la littérature portugaise, le romancier Gonçalo M Tavares, prix du meilleur livre étranger en France en 2010.