Très loin du cliché du Sherlock Holmes au flegme britannique, Mario França est le détective hors-normes et haut en couleurs du polar portugais « Quand les vautours approchent », de Miguel Miranda. Il mène l’enquête au coeur de la communauté scientifique de Porto : un homme a été empoisonné et une peintre renommée a disparu.
Mário França n’est pas un privé comme les autres. Il évolue dans la belle ville de Porto… ou sur les plages paradisiaques du Brésil. Les événements, les personnages et les solutions viennent à lui avec une facilité déroutante, comme par enchantement, et nous laissent presque vexés de ne pas être à sa place. Mais rira bien qui rira la dernière !
Le héros de Porto est doté de qualités hors du commun («Mário França, un des meilleurs détectives du monde, vit à l’intérieur de ma tête») inventées par un auteur amusé à l’idée de secouer le mythe du personnage omniscient plongé dans une histoire sans grand intérêt, ce qui fait tout le sel de ce roman formidable et souriant.  
Voilà un polar très bien écrit, et bien traduit du portugais, avec un style élégant mis au service d’un super-anti-héros attachant à force d’être si agaçant.
Une écriture jubilatoire.