Le documentaire Encontros, de Pierre-Marie GOULET (2006), sera présenté le lundi 16 janvier 2012 à 20h00 au cinéma du Centre Pompidou, à Paris, dans le cadre du cycle « Trafic, incomparable et inégalée » dédié au 20 ans de la revue Trafic.
Ce documentaire intègre le choix de 20 films auxquels la revue, fondée en 1991 par Serge Daney, consacre un texte dans son numéro 80 pour célébrer les 20 ans de la revue. Il a été proposé aux rédacteurs et collaborateurs de la revue de choisir un film de ces 20 dernières années, « non pas le meilleur film, mais un film sur lequel on aurait aimé écrire, un film-signe pour soi. » Encontros a été choisi par Bernard Eisenschitz, réalisateur, historien, traducteur, critique.
Ces 20 films seront présentés du 11 au 30 janvier 2012 durant le cycle « 20 ans, 20 films » dédié à la revue Trafic par le Centre Pompidou.

1957. Un groupe de paysans et paysannes du village de Peroguarda, en Alentejo, viennent chanter à Porto. Le poète António Reis, futur réalisateur de Tras-Os-Montes et Ana, les entend. Conquis, il prend le Chemin de Peroguarda, 700km plus au Sud, emportant un magnétophone. 1959, Michel Giacometti, le corse qui sauva la musique traditionnelle portugaise, commence une quête de 30 ans durant laquelle il recueillera la mémoire de la culture populaire. Il découvrira bientôt le village de Peroguarda où il reviendra périodiquement. 1966, le cinéaste Paulo Rocha, l’un des réalisateurs qui initia le « cinema novo » portugais avec son premier film Les Vertes Années décide de tourner son second long-métrage à Furadouro, situant l’histoire parmi les pêcheurs qui l’avaient fasciné durant son enfance. Quelques personnes, parmi d’autres, qui font partie d’une tribu informelle dont les membres se reconnaissent lorsqu’ils se rencontrent. C’est dans une ballade poétique que nous emmène Pierre-Marie Goulet, des images hypnotiques, des personnages qui nous transportent vers un ailleurs fait de couleurs.

Encontros
de Pierre-Marie Goulet
Portugal – France / 2006 / 105´ / couleur
avec des chanteurs et musiciens alentejanos et corses, Paulo Rocha et les habitants du village de Furadouro, Manuel António Pina, José Mario Branco, la voix d’António Reis