Pour tous les émigrés, les déracinés, les expatriés, les exilés qui ont perdu une partie (patrie) d’eux-mêmes et qui voient petit à petit leur identité partir en lambeaux, la musique constitue une bonne thérapie car elle aide, grâce à sa force créatrice et à sa capacité à nous émouvoir, à panser les blessures identitaires et à combler le vide culturel qui nous entoure.