A l’approche des deux prochains matches éliminatoires de l’Euro 2012, face au Danemark et à l’Islande, José Mourinho a écrit une lettre aux joueurs portugais pour leur rappeler leurs responsabilités. Dans cette lettre, publiée sur le site de l’Association portugaise des entraîneurs de football, il explique que « pendant deux jours », le délai pendant lequel il attendait de savoir si le Real Madrid le laisserait mener une courte mission, il s’est « senti » et a « pensé comme le sélectionneur du Portugal ». « Les sélections nationales ne sont pas des espaces d’affirmation personnels mais d’affirmation d’un pays, et pour cette raison, ils doivent être un espace d’une profonde émotion collective, d’empathie et d’union. Dans les sélections, les joueurs ne sont pas uniquement des professionnels du football (des joueurs de club), les joueurs sont avant tout de simples Portugais qui, parce qu’ils jouent mieux au football que les autres Portugais, employés de banque, chauffeurs de taxi, hommes politiques, professeurs, pêcheurs ou agriculteurs, ont été choisis afin de lutter pour le Portugal. Et quand ces élus à qui Dieu a donné un don se réunissent pour jouer pour le Portugal, ils doivent le faire sans oublier ce qu’ils sont, c’est-à-dire des Portugais qui vont défendre le Portugal, l’estime et la joie collective d’un pays. Dans la société portugaise, il y a des choses beaucoup plus importantes que le football, qu’une victoire ou une défaite, qu’une qualification ou non pour un championnat d’Europe ou un Mondial. Mais les Portugais qui jouent pour le Portugal, doivent savoir où ils vont, ce qu’ils veulent, pourquoi ils y vont et ce que tout un pays attend d’eux. »
Le texte complet (em português) sur www.antf.org

Commentaires

commentaires