Catarina Efigénia Sabino Eufémia était une jeune paysanne portugaise qui a été tuée à coups de carabine par un gendarme au cours d’une grève en mai 1954 à Baleizão (Alentejo). Le Portugal traversait une période d’une grande pauvreté et d’une grande agitation dans les campagnes, il y avait peu de travail et les travailleurs saisonniers étaient sur-exploités. Catarina participait aux moissons (ceifeira), elle avait vingt six ans, elle était analphabète et elle était la mère de trois enfants, dont un bébé de huit mois qu’elle avait dans les bras lorsqu’elle a été assassinée. L’histoire tragique de cette alentejana devint le symbole de la résistance contre le régime oppressif salazariste. Cet évènement eut un tel retentissement au Portugal qu’il inspira de nombreux auteurs. Le poète António Vicente Campinas lui dédia le texte « Cantar Alentejano », qui fut mis en musique et magnifiquement chanté par le plus grand troubadour du vingtième siècle, Zeca Afonso ; une ballade qui fait partie de l’album « Cantigas de Maio » (1971).