Les caravelles…Des coquilles de noix. Pourtant, c’est à leur bord que, pendant un siècle et demi, tandis que le reste de l’Europe se déchirait entre guerre de Cent ans et guerres de religion, les marins portugais, aussi audacieux qu’obstinés, longèrent le littoral africain, doublèrent le cap de Bonne-Espérance, abordèrent les côtes brésiliennes, s’imposèrent à Calicut sur le grand marché mondial des épices. Ils auraient pu s’arrêter là, et rentrer chez eux, fortune faite…Mais non! Les caravelles poursuivirent leur chemin vers le Japon, la Chine, Macao. Un jour, pourtant, la grande épopée des caravelles partira en fumée sur les bûchers de l’Inquisition. Aujourd’hui encore, les Portugais gardent la joyeuse et fière nostalgie, la saudade, d’avoir été les découvreurs et les maîtres des océans. Malgré toutes les tourmentes que l’Histoire lui a fait subir, le Portugal ne fut jamais un  » petit pays « .
Olivier Ikor a donné la parole, mais aussi chair et âme, aux acteurs des Grandes Découvertes, qu’ils soient prince du sang ou proscrit, capitaine ou moussaillon, chrétien, juif ou musulman, marchand ou scientifique. Chacune de ces navigations qui bouleversèrent le monde se lit comme un roman, ou plutôt comme mille et une ébauches de mille et un romans.

Titre du livre : Caravelles – Le siècle d’or des navigateurs portugais, découvreurs des sept parties du monde

Auteur : Olivier Ikor (romancier, écrivain, ancien journaliste, voyageur repenti, vit désormais au Portugal depuis une douzaine d’années)

Date de parution : 17/02/2010

Editeur : JC Lattès