Lusodescendant

Moi, Portugais de France, exilé culturel

Qu’il est près mon pays, à peine 2 heures d’avion, mais qu’il est loin aussi. « O tempo passa, Leva o passado… ». Le temps passe et toi, Portugal, la terre où je suis né, le pays de mes ancêtres, là où sont mes racines, tu t’éloignes de moi chaque jour un peu plus. Je m’accroche à des souvenirs d’enfance mais ils me font défaut, ton image devient floue, j’ai peur de devenir aveugle, de ne plus te voir, de ne plus te revoir. Je t’ai quitté une nuit, il y a longtemps déjà, en cachette, comme si j’avais honte de toi, mon pays, et depuis je ne cesse de te rechercher en vain. Je marche dans le désert de la mémoire, je bois l’eau si rare de ma culture d’origine, que je puise là où je peux, mais elle a un goût de trop peu, et pourtant j’ai tellement soif.

Commentaires

commentaires

1 Comment

1 Comment

  1. Harriet

    25 mai 2010 at 11:46

    Olá Luis,
    Ce que vous avez écrit est vraiment superbe. Je suis une étudiante londonienne, j’étudie le Portugais et je viens de paaser un an en France en faisant une étude écrit quiu s’appelle:
    « Mal du pays: la communauté portugaise en Ile-de-France »
    Je voudrais bien utiliser votre extrait pour ma premiere page, mais le citer avec que « Luis » est assez difficile – est-ce que vous pourriez me donner votre nom? Ce serait tres gentil.
    Je vous remercie en avance,

    Harriet Downes

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Top Articles

Haut
error: Content is protected !!