Histoire

Les rêves de nos parents ne sont pas nos rêves

Près de cinquante ans après le début de l’immigration massive des Portugais en France, plusieurs générations se sont succédées. Dans les années 60-70 plus d’un million de personnes ont fuit en cachette un pays sclérosé incapable de subvenir à leurs besoins avec l’infime espoir d’y revenir définitevement un jour après que les choses se soient améliorées financièrement et politiquement, et retrouver ainsi une dignité qui leur était refusée sur leurs propres terres. En France, ils ont obtenu une carte de séjour et l’autorisation provisoire de travailler, ils ont fondé une famille, leurs enfants sont allés à l’école, plus longtemps qu’eux, ce qui était déjà une bonne revanche sur la vie, et ils se sont fondés petit à petit dans la population française. Au Portugal, le vieux régime salazariste a fini par céder un joli mois d’avril 1974, rendant ainsi l’idée du retour plus concrète. Après une péride d’incertitude politique, le Portugal a finalement emboité le pas des grandes démocraties européennes. Puis, les années ont passé, les voyages au pays se sont égrennés comme autant de perles de larmes de joie et de peine et, en 1986, le Portugal a pris le train à grande vitesse de la Communauté Européenne. Les Immigrés sont alors devenus des travailleurs libres de circuler dans un espace plus grand, sans frontières, sans titres provisoires de séjour Ils sont devenus des citoyens portugais vivant et travaillant hors du Portugal.
Le rêve des pionniers s’est concrétisé pour certains. Ils sont retournés là où ils sont nés. Plus riches que lorsqu’ils en sont partis. Plus pauvres aussi. C’est qu’entre-temps, ils sont devenus des étrangers dans leur propre pays, aux yeux de leurs proches et à leurs propres yeux. Leur vie a été déviée de sa trajectoire normale et leur identité portugaise a changé de peau.
Pour d’autres, plus nombreux encore, le rêve du retour est parti en fumée. Seuls restent encore les souvenirs d’enfance. Leurs enfants, nés en France et nourris des rêves impossibles de leurs parents, ont grandit et ont fondé eux aussi leurs propres familles, très souvent mixtes. Les générations se sont succédées et l’héritage culturel que nous ont laissé nos aïeux, nos coutumes, notre langue, cette richesse d’une valeur inestimable, tend malheureusement à disparaître. Peu sont ceux qui s’accrochent et qui y croient encore, les irréductibles. Le Portugal s’est éloigné de nos parents chaque année un peu plus, et il est devenu pour nous une destination comme une autre. Les temps changent. Les rêves aussi.

A mes parents

Luis Coixao

Commentaires

commentaires

3 Comments

3 Comments

  1. Alain

    27 juillet at 21:37

    Moi je suis né en France,mes parents espagnols décidèrent un jour revenir en Espagne contre ma volonté á l´age de 13 ans,maintenant j ai 46 ans et tout les jours,TOUS,je rêve de revenir en France óu mes grands frères et soeurs(eux nés en Espagne)restèrent et on fondés sa propre famille,j ai la chance de revenir presque chaque année en été leur faire une visite pendant quelques jours,mais le retour en Espagne est toujours dur et douloureux,avec toujours les larmes aux yeux au fur et á mesure que la France,MA FRANCE,s´éloigne de moi comme il y a 33 ans…je ne sais pas si la France me veux,mais moi je sais,que pendant toute ma vie je la voudrait et l aimerais car…c est le pays de mon enfance,et dans le plus profond de mon âme,je suis et je serais toujours Français.
    Alain.

  2. Angie

    4 décembre at 23:11

    J’ai découvert ce Blog et ce joli texte sur les rêves de la 2e ou 3e géneration
    effectivement les jeunes de devraient pas être obligés de suivre le rêve de leur parents contre leur gré
    mes enfants sont revenus au Portugal, mas encore petits, donc leurs amis et leurs attaches sont ici, ils ne souhaitent pas vivre en France
    A 13 ans comme Alain le dit, c’est déjà bien douloureux car les racines sont très fortes
    Je pense qu’on a beaucoup à apprendre avec le Portugal, sans faire de sentimentalisme…. Bonne continuation pour le Blog
    Amitiés
    Blog sur le Portugal

  3. Ribeiro

    14 mai at 22:03

    Bon soir,

    Comme cette page concerne le Portugal, ces gents et ça culture; permetez moi juste quelques mots en portugais.

    Tenho 41 anos e nasci em portugal(Vila Real).Devido ao sonho dos meus pais,sempre estive dividido entre portugal e frança.Hoje moro em frança de maneira permanente e de isto ha ja mais de 20 anos.O meu caso nao é unico…Adoro a frança e a sua cultura, mas uma coisa é certa, nunca jamais me esquecerei das minhas raizes…

    Amitiés.

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Derniers articles

Blog d'informations culturelles et touristiques dédié au Portugal

Facebook

Copyright © 2017 Lusitanie.

Haut
error: Content is protected !!