Des pluies diluviennes et des torrents de boue ont causé d’énormes dégâts matériels et humains sur l’Île de Madère. A l’heure actuelle, on dénombre 42 morts, 120 bléssés et probablement de nombreux disparus. Le gouvernement portugais a décrété 3 jours de deuil national.
La perle de l’Atlantique a été défigurée. Cela me fait mal au cœur parce que c’est une partie de moi-même qui a été touchée. J’y ai passé une semaine de vacances il y a quelques années. Les plus douces de mon existence. J’en garde un excellent souvenir tant ce petit bout de Portugal détaché au milieu de l’océan ressemble à un petit paradis, de par ses beaux paysages variés et de par la gentillesse et la disponibilité de ses habitants.
Ce souvenir est maintenant déformé par les images terribles de ponts brisés, de routes défoncées, de rivières de boue emportant tout sur leur passage, par tous ces gens dépossédés de leur maison en un instant, par tous ces Portugais qui n’ont plus que leurs larmes pour pleurer, par l’enfer vécu par ces Madériens.
Oui, Madère, je suis de tout cœur avec toi et j’ai hâte de te retrouver aussi belle qu’avant.