Avec le même esprit créatif et la même détermination que jadis, les Portugais de France sont partis à  la découverte du Nouveau Monde que constitue Internet et ils ont tissé une toile riche et dense aux couleurs du Portugal pour le plus grand bonheur de tous les internautes lusitaniens ou lusophiles.

Le voyage commence à  l’entrée des sites qui composent l’univers lusophone de France : leur nom. Il se décline à  partir de « portugal », de « luso » ou de ‘lusi ». Le dépaysement continue à  l’intérieur de ces espaces de liberté à  travers les couleurs qui les composent et qui définissent leur charte graphique : les dominantes sont bien évidemment le rouge, le vert et le jaune. Autant d’indices évocateurs et caractéristiques de la passion pour le Portugal (ou la Lusitanie, le Portugal au temps où il n’était encore qu’une province romaine) qui animent leurs concepteurs.

Les sites lusophones ou lusophiles sont des vitrines sur le Portugal, sur les Portugais et sur la communauté portugaise de France. Ils existent dans le but d’affirmer une culture, une appartenance, un pays, une langue. Ils sont là  pour les servir, pour les représenter, pour mémoire, pour garder une trace, pour léguer à  nos enfants la richesse inestimable de ce que nous sommes, de ce que nous étions, de ce que nous avons fait, de bien ou de mal. Ils soulignent notre fierté. Ils sont aussi là  comme une ouverture sur les autres ; des guides qui préparent le voyageur à  mieux découvrir ou re-découvrir notre Pays et notre peuple.

L’histoire de la communauté portugaise de France (le même phénomène se reproduisant partout dans le Monde) est là  pour témoigner du besoin qu’elle a toujours ressenti de se retrouver « en famille », au sein d’une association, d’un groupe folklorique, d’une équipe de football, d’une émission de radio ou d’une chaîne de télévision. Internet est le nouvel espace de rencontres où aiment à  se retrouver les Portugais de France, les lusodescendants, les Français d’origine portugaise et tous ceux et toutes celles qui ont de la sympathie ou de l’admiration pour ce peuple noble et ce petit pays merveilleux. Nombreux sont les sites, les forums, les blogs, les chats, les pages sur Facebook, les messages sur Twitter. L’heure est à  la communication tous azimuts et dépasse les frontières du communautarisme car l’internaute se promène librement sur le réseau et ne retient que ce qui l’intéresse. Rien que le meilleur. Et tout ce qui touche au Portugal fait partie du meilleur.